Laboratoire clinique

Répondre à Arya et Agarwal et Meisel et Dilloo

Au rédacteur en chef – Nous remercions les Drs Arya et Agarwal pour leur lettre et convenons qu’en principe, le développement des normes internationales d’anticorps de l’Organisation mondiale de la Santé, telles que celles disponibles pour les tests d’anticorps neutralisants, est utile pour normaliser les résultats entre laboratoires. nos études , nous avons mesuré les anticorps neutralisant la polio selon la procédure de microneutralisation de l’Organisation Mondiale de la Santé ; Cette procédure rapporte des titres d’anticorps neutralisants. La présence d’anticorps neutralisants spécifiques du sérotype détectés dans cet essai à une dilution sérique de: est interprétée comme indiquant l’immunité. Nous avons reconnu dans nos articles que, bien que ce titre d’anticorps soit utilisé comme seuil protecteur, ne s’applique pas nécessairement aux hôtes immunodéprimés Un document ultérieur de l’Organisation mondiale de la santé recommandait l’utilisation de la norme internationale pour les anticorps antipoliomyélitiques afin de permettre la communication des résultats en unités internationales Cette recommandation n’a cependant pas été largement respectée. en termes d’unités internationales n’a pas été clairement établie L’expression d’anticorps neutralisants contre la poliomyélite en termes d’unités internationales n’aurait donc pas contribué à notre étude, car nous visions à décrire les proportions d’enfants obtenant des anticorps protecteurs et / ou titres contre une gamme d’antigènes vaccinauxNous remercions également les Drs Meisel et Dilloo pour leur lettre Nous reconnaissons que, compte tenu de la susceptibilité accrue des receveurs de greffe de cellules souches hématopoïétiques, particulièrement les receveurs allogéniques de TCSH, à la maladie pneumococcique dans la première année suivant la greffe, il serait préférable de pouvoir administrer le pneumocoque. vaccin conjugué plus tôt que ce qui est actuellement recommandé dans l’annexe britannique Le calendrier britannique a été principalement basé sur l’opinion d’experts et sur les études publiées limitées disponibles Notre étude a évalué l’immunogénicité de l’annexe britannique, et notre intention a été Nous nous félicitons de la publication de ce groupe et de leurs données très prometteuses concernant la revaccination précoce avec le vaccin antipneumococcique conjugué Notre étude a démontré que les vaccins conjugués, les vaccins Haemophilus influenzae type b et Neisseria meningitidis C, administrés plus tôt mois après HSCT pour autologue et HLA-appariés tous Les receveurs de greffe ogénique et quelques mois après la greffe de HCT pour d’autres receveurs de greffons allogéniques que le vaccin conjugué antipneumococcique ont suscité des réponses d’anticorps protecteurs. Nous nous attendons donc à de bonnes réponses au vaccin antipneumococcique conjugué lorsqu’il est administré plus tôt. % de patients ont obtenu des réponses d’anticorps protectrices contre tous les sérotypes lorsque les doses ont été administrées dès mois après la GCSH. Le taux de réponse a augmenté à% lorsque les doses étaient administrées à des intervalles mensuels. Notre étude a démontré que les doses du vaccin conjugué pneumococcique étaient administrées à un temps médian Cependant, des études supplémentaires sont justifiées pour étayer ces données, et on pourrait envisager la mise en place de doses précoces. horaires avec des doses données à des mois d’intervalle, ce qui peut p fournir une protection équivalente aux doses administrées tous les mois La capacité de ces calendriers à fournir une protection durable nécessite également une évaluation minutieuse

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: pas de conflits

Back To Top